Filtres à huile MAHLE : une grande expérience au profit de nombreux moteurs et voitures.

MAHLE fabrique depuis longtemps déjà des filtres à huile de haute qualité pour de nombreux constructeurs automobiles et motoristes réputés – et les mêmes machines produisent des filtres de qualité comparable pour le marché de l’après vente. Les avantages d’une telle qualité sont évidents : fonctionnement fiable, bonne protection du moteur et satisfaction du client. La diversité des types ne cesse toutefois de s’accroître car les nouvelles conceptions laissent toujours moins d’espace dans le compartiment moteur. Les applications comprennent les moteurs essence et diesel pour véhicules particuliers et utilitaires ainsi que les petits moteurs et les moteurs de motos. Dans un souci d’optimiser la lubrification des paliers de tous ces moteurs, tous les constructeurs automobiles recommandent le remplacement régulier des filtres à huile.

Nos filtres à huile sont soumis à de fortes sollicitations

Le downsizing (c’est-à-dire l’augmentation du rendement moteur ou la diminution de sa taille), l’utilisation de turbocompresseurs, la technique stop & start, les nouveaux carburants tels que l’E10 ou le biodiesel renforcent les exigences imposées à l’huile moteur et aux filtres à huile. Parallèlement, les intervalles de vidange d’huile ne cessent de s’allonger dans un souci de protection de l’environnement, ce qui signifie un allongement de la durée d’utilisation du filtre à huile et la rétention de toutes les impuretés jusqu’à 50 000 km. Dans le même temps, ils doivent offrir une résistance moindre à l’huile, devenir toujours plus compacts et plus légers. Pas vraiment une tâche simple. De telles exigences ne peuvent être satisfaites que par l’utilisation des meilleurs matériaux et géométries des plis. Les plis du filtre développent une grande surface nécessaire pour absorber les impuretés en quantité et garantir un écoulement d’huile suffisant.

Les difficultés s’accumulent lorsque l’huile devient visqueuse, surtout durant les hivers froids, ou en cas de fortes sollicitations du filtre. Lors du démarrage du moteur, l’huile froide est soumise à une pression pouvant atteindre 20 bars, ce qui entraîne un écoulement très lent à travers le filtre. Dans ce cas, une soupape de surpression s’avère nécessaire pour permettre à l’huile d’arriver au moteur. Une autre soupape assure le remplissage du filtre d’huile neuve à chaque redémarrage du moteur : le clapet antiretour.

1.) Carter :

  • une épaisseur de matériau suffisante garantit la résistance à la pression
  • un revêtement par pulvérisation anticorrosion prévient les fuites
  • des géométries de desserrage définies facilitent le démontage, même en cas de logements moteur exigus

2.)Ressort :

  • le positionnement correct dans le carter évite des échappements au niveau des interfaces

3.)Soupape de suralimentation :

  • pression d’admission définie en fonction des exigences du moteur
  • alimentation en huile garantie même durant les phases de démarrage à froid ou en cas de filtre déjà colmaté
  • joint élastomère : qualité adaptée aux exigences de températures

4.)Crépine intérieure :

  • empêche l’effondrement de l’élément
  • soutient le médium et le maintient dans sa forme adéquate

5.)Élément filtrant :

  • le pliage augmente la surface et donc la capacité de rétention des impuretés
  • la résistance chimique et thermique du médium garantit sa longévité
  • la géométrie des plis appropriée minimise la pression différentielle
  • l’assemblage rigide des extrémités des plis au moyen de clips ou de colle empêche les échappements
  • l’estampage du papier maintient l’écart entre les plis et prévient l’accumulation de plis
  • l’utilisation de média avec différentes spécifications assure l’adaptation flexible aux différentes exigences de l’industrie automobile

6.)Clapet antiretour :

  • évite au filtre de se vider après l’arrêt du moteur
  • de l’huile est disponible pour la lubrification du moteur après le redémarrage
  • aucun retard dans l’augmentation de la pression d’huile
  • joint élastomère : qualité adaptée aux exigences de températures

7.)Couvercle :

  • un filet de vis et une courbure adapté optimisent la liaison avec la bride du moteur
  • un siège d’étanchéité bien formé offre un bon maintien à l’étanchéité de la bride

8.)Étanchéité :

  • un joint de bride bien formé garantit l’étanchéité tout au long de l’intervalle de remplacement
  • matériau sélectionné en fonction des exigences de résistance chimique et thermique
  • Aucun détachement du filtre dû aux vibrations de roulement

Il va de soi que chaque filtre à huile doit séparer l’ancienne huile souillée de l’huile filtrée, ce qui nécessite des joints de qualité et des pièces de raccordement précises Le montage du filtre doit en outre être effectué de façon soigneuse.

Comment l’huile s’écoule à travers le filtre

1. Carter

2. Soupape de surpression

3. Clapet antiretour

4. Côté souillé

5. Côté propre

Matériaux : pour la sécurité des personnes, du moteur et de l’environnement – rien que le meilleur

Le développement de nouvelles conceptions et l’utilisation de matériaux innovants à l’aide de technologies de pointe font partie du quotidien chez MAHLE. Nous soudons notamment par ultrasons une couche de non-tissé synthétique avec une autre en papier. À cette fin, nous avons aménagé une installation ultramoderne à St. Michael (Autriche).

Depuis peu, MAHLE fabrique également des boîtiers de modules de filtre à huile en plastique. Les composants se distinguent des précédents boîtiers en aluminium par de simples joints toriques radiaux qui remplacent les concepts d’étanchéité axiaux. Les sections des canaux d’admission d’huile sont plus faibles tandis que le vissage s’effectue sans transmission de force directe sur le plastique. Le résultat : un poids diminué de 5 à 15 % et une réduction de la consommation de carburant

Recherche et développement pour l’atelier : pour que vous puissiez vous utiliser des produits fiables, même à l’avenir

Développement radical : nouveaux matériaux et structures

L’intérieur d’un filtre à huile a longtemps été relativement simple : du papier (cellulose), d’une épaisseur et d’une densité contrôlées, imprégné de résines, était astucieusement plié puis placé dans un cylindre métallique. Les exigences appliquées au médium filtrant ont toutefois évolué. L’évolution technologique des moteurs a conduit à des pressions et la nitration accrues de l’huile, ce qui accélère le vieillissement de la cellulose. Elle devient cassante et ne peut plus fixer les impuretés. La durée de vie du filtre doit pourtant s’allonger. Des nouveaux matériaux comme les fibres de verre et les fibres synthétiques à hautes performances sont utilisées à cette fin.

Ces fibres synthétiques placées en deux couches fonctionnent de la façon suivante : la première filtre tandis que la seconde supporte la pression élevée et y résiste. À perméabilité égale, un tel filtre à huile a une durée de vie sept fois supérieure à un filtre en cellulose, fixe bien plus d’impuretés et évite la formation de blocs de plis.

Développement robuste : filtres hydrauliques de rechange et éléments filtrants

Filtres hydrauliques de rechange et éléments filtrants MAHLE

Une pression élevée pouvant atteindre 40 bars règne dans les systèmes hydrauliques. Ces conditions nécessitent des filtres hydrauliques de rechange spécifiques équipés de parois épaisses et de disques d’extrémité robustes. On renonce aussi souvent au multipans de desserrage pour garantir une plus grande résistance aux pulsations. Étant donné que l’huile hydraulique contient d’autres composants, MAHLE n’utilise pour la fabrication de ses éléments filtrants que des matériaux extrêmement robustes comme des non-tissés spéciaux.

Innovation intégrée : modules de filtre à huile et modules refroidisseurs d’huile

MAHLE intègre toujours plus de fonctions dans ses modules de filtre à huile, y compris la séparation de brouillard d’huile, la régulation de la pression d’huile ou de la pression du carter de vilebrequin, des capteurs de pression et de température, mais aussi des refroidisseurs d’huile. Ces modules de filtre à huile complets sont de plus en plus souvent montés sur les véhicules utilitaires. Un module de filtre à huile intégrant de nombreux composants équivalents est désormais proposé pour s’adapter à de nombreux types de véhicules. De nombreux constructeurs apprécient MAHLE comme partenaire pour leur gestion de l’huile. Nos ingénieurs conçoivent de plus en plus souvent les carters de filtre à huile de telle sorte qu’ils servent d’appui aux autres composants, notamment la conduite d’air de suralimentation. On parle de module refroidisseur d’huile lorsque l’ensemble comprend également un thermostat à huile, un thermostat de liquide de refroidissement, ainsi qu’une pompe à liquide de refroidissement. Ce dispositif est plus léger et renforce la sécurité par une diminution du nombre de raccords, ce qui est toujours plus apprécié pour les véhicules utilitaires lourds.

Innovation brevetée : l’élément PIN de MAHLE

Lors du remplacement du filtre à huile, l’élément PIN de MAHLE permet l’écoulement de la quasi-totalité de l’huile résiduelle dans le boîtier à travers un orifice vers le carter d’huile. L’huile usagée est donc ainsi entièrement remplacée par de l’huile propre; aucune huile ne s’écoule désormais hors du carter lors du montage du nouvel élément filtrant. Étant donné que chaque nouveau filtre à huile MAHLE dispose d’un élément PIN, la fermeture de l’orifice est ainsi précise et le circuit d’huile reste stable. Le montage est très simple : au fond du boîtier du filtre se trouve une glissière en spirale, semblable à un toboggan à billes. Lorsque l’on visse le couvercle, l’élément PIN glisse par le biais de ce guidage jusqu’à l’orifice, s’y encastre et le bouche.

Innovation soucieuse de l’environnement : cartouches filtrantes écologiques primées

Les cartouches filtrantes écologiques de MAHLE optimisent le processus de recyclage des filtres à huile. Elles se composent de deux parties facilement séparables : un carter lié au véhicule et une cartouche filtrante rapidement remplaçable. Cette cartouche est fabriquée à partir de filtre en papier ou de plastiques écologiques et incinérables. Elle est remplacée durant l’inspection, puis brûlée dans des incinérateurs de déchets, valorisation thermique en prime : il ne reste alors plus qu’un petit tas de cendres.