Les turbocompresseurs doivent être traités avec soin

Un turbocompresseur améliore la puissance et l’efficacité. C’est pourquoi aujourd’hui, la plupart des moteurs à combustion interne sont équipés d’un turbocompresseur, car ils peuvent atteindre des rendements identiques voire supérieurs à ceux d’un moteur à aspiration naturelle sans turbocompresseur en dépit d’une cylindrée inférieure. Et cela avec moins d’émissions et une consommation de carburant réduite. On parle de downsizing, une tendance apparue depuis quelques années dans le monde de l’automobile.

Les turbocompresseurs sont des chevaux de course. Ils fournissent des performances exceptionnelles, mais sont exigeants. Comme ils atteignent leurs régimes maximum en quelques secondes, il est important que leur pièce maîtresse, l’étage rotorique, soit parfaitement alimentée en huile. Cela n’est pas un problème quand le moteur est chaud. Mais l’huile est particulièrement visqueuse lorsque le moteur est froid. Conséquence : le système n’est pas correctement lubrifié ; les composants peuvent frotter les uns contre les autres et s’user plus rapidement.

La montée en température est importante
C’est pourquoi une voiture avec turbo devrait rouler à régime élevé seulement une fois qu’elle est chaude. Toutefois, laisser chauffer le moteur à l’arrêt n’est pas une bonne idée. L’huile visqueuse et la faible pression d’huile à faible régime font travailler l’étage rotorique du turbo comme un démarrage à froid directement suivi d’une utilisation à plein gaz. La bonne conduite : dans les premiers kilomètres, roulez à des régimes entre 1000 et 2500 tours/minute.

Ce que peu de gens savent : après une conduite rapide, une voiture équipée d’un turbo ne doit pas être arrêtée immédiatement, mais continuer à tourner pendant au moins 30 secondes. En effet, la conduite à régime élevé génère de très hautes températures dans la turbine à gaz d’échappement. Si la chaleur reste dans le système, l’huile risque de se consumer directement dans le turbocompresseur ou dans les conduites d’admission et d’échappement. Cela crée des dépôts de calamine qui bouchent les conduites et créent des frottements sur les pièces moteur, un peu comme du papier abrasif.

Dégradation sournoise
Les turbocompresseurs le prennent vite mal si l’on ignore leurs besoins. Mais ils ne le montrent pas toujours immédiatement. Si un jour un nuage de fumée bleue sort du pot d’échappement, la voiture répond mal à plein gaz ou la consommation d’huile augmente fortement, cela pourrait provenir de dommages au niveau du turbocompresseur. Il est alors impératif de se rendre immédiatement à l’atelier de réparation.

Veillez à utiliser des pièces d’origine
Nos turbocompresseurs sont également disponibles en pièces de rechange. MAHLE soutient en outre les garages avec des formations techniques, catalogues électroniques, brochures relatives aux détériorations et le Technical Messenger.